Avec l’essor des énergies renouvelables, les sites de génération conventionnelle ont commencé à avoir des temps d’arrêt plus longs. En constatant le problème qui se posait aux centrales, nous avons commencé à développer des machines de haute précision, parvenant à la qualité maximale du produit.

FISAIR travaille avec de grandes entreprises à turbines, des entreprises de machines et les propriétaires des centrales pour trouver le produit optimal à utiliser dans chaque processus, ce qui lui a permis d’acquérir une belle expérience sur ce type de produits.

Dans la conservation des centrales de génération, pendant l’arrêt, les centrales sont très sensibles à la corrosion. Si les mesures adéquates ne sont pas prises, la corrosion peut entraîner de grands dommages sur les différents composants du système, causant de gros problèmes à la mise en marche.

Vu l’étendue du problème, de grands efforts ont été effectués pour trouver les bonnes solutions. Les différentes méthodes existantes ont été comparées, et la méthode de l’air sec, grâce à des déshumidificateurs à roue dessiccante, a prouvé être la plus efficace.

Méthode de l’air sec

La méthode de l’air sec a succédé à d’autres méthodes antérieures, car elle est plus simple, moins chère et plus rapide.

La simplicité de son contrôle, qui peut être effectué avec un simple hygrostat, figure parmi les avantages de la méthode à l’air sec par rapport aux autres méthodes.

principle
grafic-rotor

10 advantages:

L’utilisation de la méthode à l’air sec avec des déshumidificateurs de l’atmosphère externe, permet d’obtenir de très bons résultats:

01. Il est facile de vérifier s’il y a un risque de corrosion simplement en vérifiant l’humidité aux sorties d’air.

02. Très bon dans les climats humides.

03. Permet d’accéder aux parties conservées, tout en réalisant la protection.

04. Supprime les petites poches d’eau rapidement (en quelques heures).

05. Exige moins d’énergie que la méthode de la chaleur, et n’exige pas de composés chimiques onéreux et dangereux, contrairement à la conservation par voie humide.

06. Détection rapide des poches d’eau ou des défauts au niveau de la conservation.

07. Pas d’utilisation de produits chimiques.

08. Les intervalles de nettoyage sont étendus de trois à 12 ans, quand la circulation d’air sec est introduite dans les centrales électriques existantes.

09. Simple et efficace.

10. Les réparations coûteuses sont évitées ainsi que le manque de disponibilité dû à « l’éclat » de l’apport d’humidité.

Fisair est spécialiste de la préservation des machines pendant l’arrêt des usines.

L’objectif principal dans les sites d’énergie est de prévenir la corrosion pendant les périodes d’exploitation et d’arrêt de l’exploitation. Essentiellement hors exploitation.

La première chose à savoir, c’est que dans une humidité relative élevée de 60-100 %, les taux de corrosion sont de 100 à 2000 fois plus élevés que dans des valeurs d’humidité inférieures à 30-50 %.

Machines à préserver dans les centrales

HRSG côté eau/vapeur

C’est le système le plus compliqué, car il requiert un procédure précise qui assure la vidange et le drainage de toutes les machines et tuyauteries soumises à l’eau et/ou la vapeur avant d’y introduire de l’air sec. Il ne faut pas oublier que tant qu’il existe des poches d’eau, l’humidité relative ne baissera pas.

  • À cause du grand nombre de vannes qui agissent sur une position différente de celle de l’exploitation et des machines qui se vident, c’est de loin le système qui investit le plus de temps pour sa conservation face à un démarrage rapide.
  • Cela exige une procédure de conservation très précise en vue de raccourcir les délais.
  • La procédure établie permet d’effectuer la conservation de ces machines à l’unisson et de manière échelonnée, ce qui facilite l’exploitabilité. À la fin du processus, toutes les machines et sous-systèmes ont communiqué.
  • Les déshumidificateurs sont utilisés indistinctement pour plusieurs sous-systèmes et équipements à conserver. Ils sont pour cela dotés de coupe-tirages individuels qui permettent cette versatilité.
  • Dans le segments les plus éloignés du déshumidificateur de chaque circuit, ou dans les parties hautes des machines en conservation, il convient qu’il y a un « échappement » continu d’air sec.
  • Il faut mesurer régulièrement l’humidité de l’air dans les systèmes conservés pour vérifier leur application correcte.

– L’humidité relative doit être maintenue à 30 %.
– Dimensionner en tenant compte de la variation de l’humidité absolue par rapport à la différence de température avec l’extérieur.
– Fonctionner en système ouvert (tout air extérieur).
– Impulser l’air dans les parties les plus sensibles à l’humidité.
– Les conditions de l’air doivent être mesurées à la sortie.

HRSG côté gaz

• La corrosion est due à la présence d’acide sulfurique. Celui-ci est moins agressif quand sa concentration augmente ; et cette dernière augmente quand l’atmosphère est déshumidifiée. Suivant les diagrammes, l’humidité relative requise est de 5 %, toutefois l’expérience nous indique que 20 % sont suffisants.

Philosophie de fonctionnement : en résumé, le principe de fonctionnement serait d’introduire de l’air sec par le côté du compresseur d’où il pénétrerait dans la TG et de là le laisser sortir librement par l’échappement vers le côté des gaz de la chaudière, qui se trouvera « embouteillée » (coupe-tirages de cheminée et trous d’hommes fermés).

Pour obtenir une conservation efficace dans ce système, en fonction des conditions atmosphériques de pression, de température et d’humidité relative, la machine est approvisionnée de 3000 m3/h à 6000 m3/h. FISAIR les propose dans son catalogue (DFRC). FISAIR vous donnera la solution optimale.

Les pertes d’air à travers le coupe-tirages de cheminée sont suffisantes pour maintenir l’HR dans la chaudière, côté gaz, autour de 20-30 %.

La conservation de ce système peut être abordée depuis deux sites :

  • À travers le plénum d’admission, grâce à des boucliers.
  • À travers les purgeurs d’air du compresseur.

Turbines à vapeur

Toutes les pales de la turbine sont soumises à de hautes tensions pendant le fonctionnement et sont conçues pour la plus grande efficacité. L’attaque sans charge en forme de corrosion générale ou de mouchetage est possible dans des conditions d’humidité, et même l’acier austénitique y est sensible, en présence d’ions agressifs, particulièrement le chlorure.

La corrosion générale diminue l’efficacité au redémarrage et les mouchetages aux racines des lames peuvent causer des cassures aux résultats catastrophiques.

L’air sec fourni à la structure de la turbine et déchargé à travers le condensateur supprime ces risques et préserve aussi le condensateur, ce qui à son tour raccourcit le nettoyage de redémarrage du système de condensation. Ce peut permettre d’économiser au moins $ 200,000 par jour pour une machine de 500 MW. Le chauffage n’est pas une bonne solution, car l’humidité qui est initialement absorbée se condense à nouveau quand l’air entre en contact avec les pièces les plus froides de la machine, ce qui rétablit le danger de corrosion. Pour éviter cela, toute la turbine devrait être chauffée, ce qui aurait un coût considérable.

turbina-vapor

Turbines à gaz

Le stockage d’air sec des turbines / compresseurs sans charge est recommandé pour éviter la contamination potentiellement dangereuse des lames en alliage d’acier hautement tendues et pour minimiser la corrosion des composants de l’alliage inférieur. La corrosion de l’axe de la turbine peut causer un déséquilibre et les lames corrodées peuvent chauffer de manière inégale, ce qui produit une vibration inacceptable spécialement pendant le démarrage rapide normal des turbines à gaz.

La méthode testée consiste à fermer la vanne d’entrée d’air (amortisseur) et admettre l’air sec, qui peut s’échapper à travers le système de gaz chaud.

Condensateur et réservoirs

La machine qui doit être recouverte doit être séchée et parfois chauffée avant la préparation de la surface. Pour certains réservoirs, en particulier ceux de forme carrée, la chaleur en elle-même n’est pas suffisante, car les coins sont difficiles à chauffer à la bonne température. Les nouvelles usines de désulfuration des gaz de combustion doivent être recouvertes sur le site avec des matériaux qui, pour réussir, doivent être appliqués dans des conditions d’HR et de température rigoureusement contrôlées. Un mauvais recouvrement fait que le charbon s’accumule, ce qui provoque des moments d’anxiété pendant le fonctionnement et même la fermeture, jusqu’à libération des rampes pour permettre au charbon de couler dans les moulins et la chaudière. Pour les caisses d’eau du condensateur, la machine dessiccante peut sécher un jeu complet en une semaine, en comparaison avec la chaleur du ventilateur, qui peut facilement mettre deux à trois semaines.

Tout ce qu’il vous faut pour fournir de l’air sec autour du volume du réservoir, ici.

Tuyauteries

Pour chaque maintenance ou fermeture programmée des systèmes de génération d’énergie, la tuyauterie utilisée pour l’eau de réfrigération doit être séchée. L’eau sera extraite du système, mais la structure des tuyauteries fait qu’il en restera toujours, même quelques gouttes.

Si cette humidité n’est pas séchée, il y aura de la corrosion dans la tuyauterie. Pour sécher ce système, il faut connaître le volume de la tuyauterie et sélectionner une unité avec le flux d’air exact.

tuberias

Quelques exemples et expériences de nos machines sur les sites pour HRSG, turbines à vapeur, turbines à gaz et condensateurs

Tous les projets sont très différents, FISAIR met à votre disposition une équipe technique expérimentée pour vous donner la meilleure solution.

Préservation de tout le cycle

  • Produit utilisé : DFRC-0300-E

Préservation de vapeur à HP

  • Produit utilisé : DFRD-036-E

Préservation pour turbine à gaz / turbine à vapeur MP/BP et condensateur

  • Produit utilisé : DFRC-0100-E

Préservation HRSG

  • Produit utilisé : DFRC-0160-E, DFRC-0300-E, DFRC-0500-E, DFRC-0651-E et DFRC-0900-E.

Préservation GT + HRSG

  • Produit utilisé : DFRC-0651-E

Produits associés